Les Zèbres à plumes : Atelier d'écriture
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le journal de Diogène

Aller en bas 
AuteurMessage
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Le journal de Diogène   Mar 21 Avr - 17:07

Vraiment pas facile de trouver une citation pour ouvrir un tel journal ! La forme à autant d'importance que le fond, disait Victor Hugo - mince, en voilà justement une de citation ! Mais ce n'est pas sur celle-là que je vais fonder ce sujet.

Ce qui compte, c'est de formuler à nouveau, c'est l'acte d'écrire, de se parler à soi-même, dans l'instant, dans tel instant précis, où l'on a besoin d'écrire.

Pierre Hadot, Introduction aux pensées de Marc-Aurèle, III. 5

Je jure sur l'honneur de monologuer avec moi même dans ce sujet, et d'avoir recours, à outrance, aux double-post.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Mer 22 Avr - 21:38

La route que nous parcourons est jonchée des débris de tout ce que nous commencions d'être, de tout ce que nous aurions pu devenir.

Bergson, L'évolution créatrice, Ch. I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphonsine
Petite plume
avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Mer 22 Avr - 21:40

Très belle citation de Bergson, invitant à la réflexion, évocatrice et inspirante tout à la fois. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://gnossiennes.wordpress.com/
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Lun 27 Avr - 13:55

Le succès, c'est d'être lu; le triomphe, c'est d'être relu. - Lettre de Victor Hugo à Zola, du 25 octobre 1871.

Cette citation, que je fis maxime pour mon usage, peut être une référence pour classer les œuvres. Si un auteur est lu, c'est qu'il a du succès; mais pas forcément du talent, ni de la grandeur. On peut toutefois me dire, comme il est d'usage, que le succès est signe de talent. Comme si le talent était une valeur chiffrable et calculable. Un tel à vendu plusieurs centaines de milliers de livres, ergo c'est un grand, tel autre n'en a vendu qu'une maigre centaine, ergo il est médiocre. Je ne suis pas mathématicien, ni économiste, je ne jugerais donc pas d'un écrivain proportionnellement à la somme de ses ventes.
Naïvement, je considère comme grand un livre que je relis, avec autant de bonheur que la première fois. J'ajouterais que je trouve génial, un livre, qu'en plus de relire avec plaisir, j'en découvre de nouvelles facettes à chaque lecture. Thoreau, dans Walden je crois, nous encourage à nous entourer que de classiques, passé au filtre des siècle, et de nous détourner des succès du moment. Sans aller jusque là, je pense cependant, comme la vie et courte et le nombre de livre immense, qu'il est bon d'avoir par devers-soi, en guise de garde rapprochée, un nombre limité de livres dont on connaît le plaisir qu'ils nous procurent, et la joie qu'ils nous procureront.

A partir de cette citation, il aurait été également possible de réfléchir sur la nature de la littérature : distraction ? Voie ? Sacerdoce ? Art ? Vie ? Contrairement à Baudelaire, je ne crois pas que la contradiction soit bonne, et que quand je choisis une chose, c'est celle-ci et pas son contraire que je rejette de fait. Je suis cependant disciple de Berkeley, et comme lui, je suis d'avis ( pour faire simple et en torturant un peu sa pensée ) que les idées de chacun ne sont que les idées de chacun : je ne vise pas à l'universel. Je ne choisirai donc pas pour vous, et ne voyez pas dans mes avis des maximes kantiennes.

Pour conclure, je donne la parole à Léopardi : Je tiens en piètre estime une poésie qui, une fois lue et méditée, ne laisserait pas dans l'âme du lecteur une impression assez élevée pour l'empêcher, pendant une demi-heure, de nourrir une pensée vile. ( Dialogue de Timandre et d'Eléandre ).


Dernière édition par Diogène le Lun 27 Avr - 19:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Lun 27 Avr - 18:57

Celui qui affirme dogmatiquement que telle chose est naturellement bonne ou mauvaise est dans un trouble continuel - Sextus Empiricus, Esquisses, Liv. I, 27.

Si le sage doit s'irriter des turpitudes, s'impatienter, et s'attrister des crimes, il n'y aura pas d'esprit plus chagrin que lui - Sénèque, De la Colère, Liv. II, VII, 1.

Quiconque s'est dit : j'ai vécu, se lève chaque jours pour une aubaine à recueillir. - Sénèque, Lettre 12.9 à Lucilius.

Voir, et voir sur cette terre, comment oublier la leçon ? - Camus, Noces à Tipasa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Mar 28 Avr - 10:08

Je doute que toute la philosophie du monde parvienne à supprimer l'esclavage : on en changera tout au plus le nom. je suis capable d'imaginer des formes de servitudes pires que les nôtres, parce que plus insidieuse : soit qu'on réussisse à transformer les hommes en machines stupides et satisfaites, qui se croient libres alors qu'elles sont asservies, soit qu'on développe chez eux, à l'exclusion des loisirs et des plaisirs humain, un goût du travail aussi forcené que la passion de la guerre chez les races barbares.

Marguerite Yourcenar, Mémoire d'Hadrien.

Les hommes, pour la plupart, n'examinent rien : ils se laissent aveuglément conduire par la coutume et l'autorité.

D'Holbach, Le bon sens, I, 122.

(...)L'homme, comme cela est prouvé par le fait journalier, est toujours semblable et égal à l'homme, c'est à dire toujours à l'état sauvage.

Baudelaire, Fusées, XIV, 21.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Dim 3 Mai - 20:20

Etrange devise de la vingtième année, qui parle déjà au passé après un si court passé et qui donne cependant le sens profond et la fidélité de toute une vie. - Bachelard, L'Eau et les Rêves, II, IV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Dim 3 Mai - 20:37

Le préambule le plus honnête que j'ai pu lire jusqu'à maintenant :

Permettez-moi de commencer par un aveu. Bien que je sois un philosophe très heureux, je ne me fais aucune illusion, après toute une vie de conférencier, sur ce que je peux transmettre lors d'une conférence. Voilà pourquoi je n'entreprendrai pas ici de vous convaincre. Je vais plutôt entreprendre de vous stimuler et, si possible, de vous provoquer. ( K. Popper, La connaissance objective, Ch. III : Une épistémologie sans sujet connaissant ).

J'ai toujours été surpris par le manque de force que contient une preuve. Une démonstration ne satisfera que celui qui y croit a priori; la puissance de la preuve est contenue dans la croyance du sujet, qui n'est convaincu que par redondance. L'exemple le plus fameux est celui des preuves de l'existence de Dieu et celles de son inexistence. Je ne crois absolument pas en lui, les preuves de son existence me laissent donc absolument froid; je ne crois pas en lui, les preuves de son inexistence me laissent, au mieux, amusé. Il est rare de trouver une telle franchise chez un auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Dim 3 Mai - 20:47

Prémices d'une théorie du roman ?

Dans le roman, n'existe que ce qu'on dit, le roman montre sa continuité, il étale sa détermination. Le roman n'est vigoureux que si l'imagination de l'auteur est fortement déterminée, que si elle trouve les fortes déterminations de la nature humaine. Comme les déterminations s'accélèrent et se multiplient dans le drame, c'est par l'élément dramatique que l'auteur se révèle le plus profondément. - Bachelard, L'Eau et les Rêves, Ch. III, V.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Lun 4 Mai - 17:20

Suis-je le seul à être agacé par la manie contemporaine de n'écrire que du vide ? "Soleil. Chaud. Je marche." Ce genre de description m'exaspère. Pourquoi trouver géniale le simple exposé des banalités quotidiennes, sans aucun ajout poétique ? Je m'en excuse si certain se sente froissé, mais non, je ne peux pas trouver magnifique ou même divertissant un roman de ce genre là. Quand je lis, je veux avoir d'autres sensations, que celles produites par un défilé d'images pauvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Ven 8 Mai - 23:52

J'associe très étroitement la lecture avec la musique. Etrange ? L'extase totale, pendant une lecture, n'arrive que quand un son se cale, en contre-point parfait, au livre que je tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Dim 10 Mai - 22:15

(...) Vous avez appris l'art d'être heureux ? Alors comment pouvez-vous dire que vous n'avez pas appris à regarder ? - Dostoïevski, L'Idiot, première partie, V.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Jeu 14 Mai - 23:17

J'ai l'appréhension naturellement dure; et l'encroûte et épaissis tous les jours par discours - Montaigne, Essais, Livre I, II

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Duvet
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 03/03/2015
Age : 24
Localisation : Dans une monade

MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   Mer 24 Juin - 18:17

Me voilà de retour après plus d'un mois d'absence ! Et je reviens avec un gros morceau prit chez Michelet ( Histoire de la Révolution française, t. I, vol. 1, p. 30-31 de l'édition Folio )

"Parmi un entassement confus de roches amoncelées, au milieu d'un monde varié d'arbres et de verdure, se dressait un pic immense. Ce solitaire, noir et chauve, était trop visiblement le fils des profondes entrailles du globe. Nulle verdure ne l'égayait, nulle saison ne le changeait; l'oiseau s'y posait à peine, comme si, en touchant la masse échappée du feu centrale, il eût craint de bruler ses ailes. Ce sombre témoin des tortures du monde intérieur semblait y rêver encore, sans faire la moindre attention à ce qui l'environnait, sans se laisser jamais distraire de sa mélancolie sauvage...
Quelles furent donc les révolutions souterraines de la terre, quelles incalculables forces se combattirent dans son sein, pour que cette masse, soulevant les monts, perçant les rocs, fendant les bancs de marbre, jaillît jusqu'à la surface ! ... Quelles convulsions, quelles tortures, arrachèrent du fond du globe ce prodigieux soupir !
Je m'assis, et, de mes yeux obscurcis, des larmes, lentes, pénibles, commencèrent à s'exprimer une à une ... La nature m'avait trop rappelé l'histoire. Ce chaos de monts entassés m'opprimait du même poids qui, pendant tout le moyen âge, pesa sur le cœur de l'homme, et dans ce pic désolé, que du fond de ses entrailles la terre lançait contre le ciel, je retrouvais le désespoir et le cri du genre humain" - Introduction, Première partie, III.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le journal de Diogène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le journal de Diogène
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» journal de campagne d'une armée de cadian dans la boue
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach
» Une piplette dans le journal du jour lol
» Livre "Le journal intime du fantôme de l'opéra"
» Journal de peinture: les orks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Zèbres à plume :: Ateliers d'écriture :: Journal d'inspiration-
Sauter vers: