Les Zèbres à plumes : Atelier d'écriture
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal de Petite Perle Givrée

Aller en bas 
AuteurMessage
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Journal de Petite Perle Givrée   Jeu 23 Avr - 0:17

J'avais suggéré ce journal de citations (etc) dans l'idée plutôt d'y mettre des phrases courtes.. mais je ne pouvais pas commencer avec n'importe quoi, aussi je commence par un texte assez long. Et tout à fait exceptionnel.
Ce texte a l'avantage de contenir une liste d’œuvres musicales. Il semble donc tout à fait adapté à internet de nos jours! Puisque je vous ai gratifié en sus des liens youtube desdites œuvres à chaque fois (sauf à la fin "la musique de l'avenir", mais là on pourrait y aller chacun de sa liste, entre le contemporain sériel, le disco, la tektonik, le hip-hop ... ou même plus simplement... un certain Stravinsky qui s'était déjà bien vu raillé avec son Sacre du Printemps).

Pour parler de ce texte, il est donc l'extrait d'un livre génial que ma collection de livres anciens m'a amenée à acheter (à grands coups d'enchères féroces), il contient des trésors, dont ce génialissime texte qui me donne envie de le monter sous forme théâtrale. Pour une audition peut être, ce peut être un monologue charmant.
Bref... pour la suite je ferai plus court, promis! Smile


********

Albert De Lassalle  * Dictionnaire de la MUSIQUE appliquée à l’AMOUR* 1868
Extrait


DILETTANTISME.  --  Par le temps qui court, & qui court si vite à travers les choses diverses qu’il enfante, il s’est recruté au sein même d’une foule affairée & fiévreuse un groupe de dilettantes qui va toujours grossissant. Si nous étions le philosophe qu’attend encore la musique pour sonder la profondeur de ses mystères, nous ferions l’Histoire de l’oreille ; nous nous attacherions à démontrer comment & sous quelles causes fécondantes la partie de notre être sensitif qu’on croyait la plus obtuse & la plus incurable dans son inertie, se trouve aujourd’hui en voie de guérison, après être passée par tous les degrés de la convalescence.
   Mais la question du dilettantisme est une grosse question, & nous ne voulons en indiquer qu’un des plus minces cotés.
Nous aurons toujours bien le temps de risquer un conseil aux amateurs de musique avant que l’art d’écouter soit définitivement fixé & qu’on en ait promulgué le code.
   Supposons donc que vous hantiez les salles de concert. Voilà qu’un beau dimanche vous entrez au Conservatoire, ou chez M. Pasdeloup, & que vous prenez possession de votre fauteuil retenu six semaines à l’avance.
   Il n’est que deux heures moins un quarts & tout est encore confusion dans le sanctuaire de l’harmonie : les musiciens, en se donnant le la, font un charivari d’enfer ou de tour de Babel ; les ouvreuses sont aux abois ; les placeurs appellent des numéros comme au jeu de loto… Cependant votre tympan, en grand appétit de mélodie, déguste à l’avance les voluptés que présage le programme. C’est à ce moment qu’il faut prendre votre lorgnette, &, sultan platonique, choisir dans la foule autant de femmes à regarder qu’il y aura de morceaux à entendre pendant le concert ; chacune présentant plastiquement un caractère analogue à celui de chaque morceau… Le conseil est bon.
   Car, croyez le bien, vos sens ne fonctionnent pas d’une manière si indépendante que vous ne puissiez doubler la puissance de leur jeu en les associant dans une commune aspiration au plaisir.
Il peut y avoir, il y a un rapport positif entre la sensation visuelle & la sensation auditive. A une certaine minute d’hallucination, la rétine & le tympan, mis en communion nerveuse, sympathisent au point que la notion de ce qui se reflète & celle de ce qui retentit dans le cerveau s’additionnent & se confondent.
   Allez demain au concert ou au théâtre, observez, & vous verrez que l’étincelle qui jaillit du foyer sonore s’en va immanquablement trouver une tête féminine pour s’y épanouir en rayons qui l’illuminent. Vous vous convaincrez qu’il y a telle figure éveillée à laquelle sied un allegro-vivace, ou tel galbe de matrone dont la magnificence sévère se révèle aux harmonies d’un andante-religioso.
   Au surplus, quelques exemples achèveront de nous mettre d’accord. Dressons donc en partie double le programme des yeux & celui des oreilles ; rapprochons quelques médaillons féminins de quelques œuvres de musique choisies parmi les plus célèbres.

   Symphonie pastorale (Beethoven). -- Une belle, bonne & robuste fille, tout en chair blanche & rose, avec des yeux qui regardent honnêtement, avec des cheveux par millions, & des dents… plus de deux cents dents peut être ! C’est une beauté départementale qui est à nos Parisiennes folles ce que le filet de bœuf des familles est au chaud-froid de pluvier des restaurants frauduleux.

   Symphonie de la Reine (Haydn). -- Voyez la pauvrette comme elle est pâle et langoureuse. Le masque de cire blême sous lequel elle semble se cacher est pourtant transpercé par deux petites prunelles d’une vivacité toute juvénile & qui disent les choses les plus douces du monde. D’autre part, & cela est regrettable, sa tête branlante bat la mesure (& vous avez beau dire, elle la bat !).
C’est une oscillation perpétuelle, un tremblement rythmé qui rappelle la danse des amours en sucre au sommet des biscuits de Savoie. Et quel âge donnez-vous à cette jeune vieille ? Lui donnez-vous quatre-vingts ans ? – C’est trop. – Vingt-cinq ans ? – C’est trop peu… - Comment la qualifierez-vous en lui parlant ? Vous lui direz peut-être : Mademoiselle ? – Je n’oserai. – Madame ? – Qui sait ?... A tout hasard appelons-la : Madame la Chanoinesse.
(je recommande d’écouter à partir de 3min30)
   Ouverture du Freyschutz (Weber). -- Saluez la femme vampire, l’insatiable ogresse, la mère Croquemitaine des amours. Saluez, mais tenez-vous en garde contre ses griffes puissantes. Admirez cependant cette tête énergique & âpre, ce front rudement modelé, cette lèvre avide & ce regard qui décèle un cœur à 6000 degrés Réaumur ! Toutes beautés réelles, mais dont la contemplation excède les gens à tempérament moyen. On peut être brave & pourtant ne pas retenir un mouvement de terreur à l’apparition d’un pareil fantôme, la nuit, dans un bois, non plus qu’à celle d’un voleur qui fond sur vous pour vous dévaliser. Et la nature, en ses lubies toujours grandioses, se plaît à enfanter de ces énormités splendides qui s’appellent l’Etna, la Soufrière, le Vésuve, ou madame X***.

   La chasse du jeune Henry (Méhul). -- L’amour de la chasse, & non celui du jeune Henry, nous vaut la présence de cette amazone. C’est, en effet, une personne très – délibérée & très – remuante, que nous essayons de tenir captive dans le champ de notre lorgnette, mais qui s’en échappe sans cesse par un mouvement brusque. Aux rythmes caracolant de Méhul on la voit se raidir, ouvrir l’œil & retenir sa respiration, comme si son fauteuil allait prendre le galop. Elle n’est pas assise, elle est en selle !

   Le Songe d’une nuit d’été (Mendelssohn). -- Blonde comme la bière de Bavière, rose comme le pot-au-rose lui-même, & songeuse comme les ballades en l’honneur du clair de lune. Mais ce n’est pas tout & ce n’est rien encore ; il resterait à décrire l’indéfinissable mélancolie qui plane sur cette figure de fée du Nord, ce je ne sais quoi de vague qui est le charme des dessins à l’estompe, & la poésie des paysages noyés de brouillard.

   Marche des Ruines d’Athènes (Beethoven). -- Quelle vivacité ! quelle pétulance ! quelle allégresse ! De plus, beaucoup d’élégance dans beaucoup de jeunesse, un esprit de démon brochant sur un fond inépuisable de gaieté… Avec pareil compagnon de route, & sur cet air de marche, on irait loin !

   Hymne (Haydn). – Un ange qui cache ses ailes pour ne pas effaroucher la couvée Benoiton, l’ange gardien des vertus domestiques, le mythe entrevu par M. de Montyon en ses songes des nuits d’été. A son aspect, une terreur sainte s’empare de votre âme & y maîtrise les orages soulevés par le Tentateur. Il vous semble aussi qu’une vague odeur d’encens vous monte au cerveau pour y provoquer des ivresses mystique. Car ce sourire paisible, ce regard qui guette la porte des paradis promis, ne sont guère d’une femme, mais plutôt de ces madone de Raphaël… qui donnent envie de se marier !
   La musique de l’avenir ( ???). – A nous les sculpteurs de marrons d’Inde ! A nous les mouleurs de faux nez, les Benvenuto en pommes de canne, les empailleurs de crocodiles, les fabricants de mannequins à faire peur aux oiseaux ! Venez ; vous nous aiderez à profiler cette étrange masse de chair dans laquelle nous ne pouvons démêler les traits d’une face humaine. Vous dites que cette excroissance est un nez ? ce coup de rasoir une bouche ? & ces deux clous de fauteuil des yeux ? Bien sûr, l’amour que vous professez pour le grotesque vous abuse ; ou bien vous ne ouïtes jamais les incantations de cette sirène qui grogne, ronfle & rugit comme une ménagerie malade ; vous n’avez pas encore laissé votre manteau à cette Putiphar orgueilleuse, vindicative, envahissante, & loquace comme une pie qui parle allemand !
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .    .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .    .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .    .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .    .   .   .   .  
   Mais c’est assez promener dans ce musée.
   Ce que nous y avons cherché ensemble, c’est le moyen d’associer deux sens avides de jouissances. Nous avons, en termes plus précis, essayé de découvrir dans un millier de tête, celle qu’il fait bon regarder pendant que l’on exécute tel morceau de musique. C’était vouloir nouer deux chaînons de la chaîne des plaisirs que quelque adroit philosophe s’avisera peut être de compléter un jour.




Dernière édition par Petite Perle Givrée le Jeu 23 Avr - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Jeu 23 Avr - 0:18

(Oh flûte... j'aurais peut être dû laisser la place pour faire un sommaire... qui sait...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Sam 25 Avr - 9:11

« Le meilleur médecin est la nature : elle guérit les trois quarts des maladies et ne dit jamais de mal de ses confrères. » – Louis Pasteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Sam 25 Avr - 17:50

"S'il est vrai que ce que l'on coupe n'est pas sifflé, il n'est pas moins vrai que ce que l'on coupe n'est pas applaudi." -- Ernest Reyer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphonsine
Petite plume
avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Lun 27 Avr - 0:39

Toi, tu aimes bien le rouge. Laughing
J'aime tout particulièrement la dernière citation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://gnossiennes.wordpress.com/
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Lun 27 Avr - 6:26

J'aime le bordeau et l'orange en fait. (Et le turquoise et le vert foncé, et les bruns de plus en plus.)
Juste que rouge ça met en valeur, donc je voulais que celle-là saute aux yeux. :p (Extraite d'un programme d'opéra en version concert.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Jeu 30 Avr - 9:26

"Loin de moi les vains mots, les frivoles pensées,
Des vulgaires douleurs linceul accoutumé,
Que viennent étaler sur leurs amours passées
Ceux qui n'ont point aimé!" -- Alfred De Musset ["Souvenir" -extrait]


Dernière édition par Petite Perle Givrée le Dim 3 Mai - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Dim 3 Mai - 10:40

« C’est vrai quand j’étais petit, je chantais comme un oiseau, tout le temps je chantais… puis maintenant c’est devenu un peu mon métier alors je chante aux horaires de bureau voyez. » -- Raphaël [On n’est pas couché, 18 avril 2015]


Dernière édition par Petite Perle Givrée le Dim 3 Mai - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Dim 3 Mai - 11:11

Interview d'Anne Roumanoff par Laurent Ruquier dans On n'est pas couché, 18 avril 2015.


- Claude Lelouche qui vous contacte à l’époque pour un rôle de laide.
- Ouais, pour une fille moche qui sortait avec Vincent Lindon donc j’ai fait des essais. Et après la fille m’a rappelée : « Anne, vos essais sont formidables mais... malheureusement on a trouvé une fille beaucoup plus moche que vous ».  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Dim 3 Mai - 12:26

" Je suis en retard sur ma vie comme depuis la naissance." -- Solange Te Parle (février 2015)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite Perle Givrée
Duvet
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 32
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   Sam 9 Mai - 14:01

Parce qu'une féministe anti-prostitution m'a saoulée sur facebook, ma réponse:



Et après je me suis souvenue de ça :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de Petite Perle Givrée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de Petite Perle Givrée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite Perle D'Eau Pleurée
» PETITE PERLE DE ROSEE
» sableuse
» Eva (Fanatica) Ma petite perle^^
» Ma petite perle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Zèbres à plume :: Ateliers d'écriture :: Journal d'inspiration-
Sauter vers: